A+ A A-

Interview : Ella Bonin , écrivain

« A mon sens, l’écriture c’est tout un art. La poésie encore plus car la plume du poète ressemble au pinceau du plasticien. »

Jeune auteur, Ella Bonin, s’est révélée au grand public par son recueil de poèmes « Aurore » parue aux éditions Panthéon et dédicacée en Août 2015 à Lomé.Découvrons l’écrivain !

 

Focus Infos : Qui est Ella BONIN ? Comment te décrirais-tu ?

Ella Bonin :Je suis Togolaise née à Lomé , issue d’un mélange de la côte ouest africaine et d’ailleurs aussi. J’ai fait des études de droit des affaires et fiscalité et par la suite des études de technique bancaire. Je travaille dans le secteur financier. Pour ce qui concerne l’art, j’ai toujours aimé lire depuis mon enfance et je recopiais des poèmes que je revendais à mes camarades de classe au cours primaire. Au collège, j’ai commencé à écrire mes propres textes dans de grands cahiers carrelés. J’ai continué à écrire jusqu’au lycée. Mon aventure littéraire a pris une pause durant mes études de droit. Je m’y suis remise dès mon entrée dans la vie professionnelle. Une concrétisation en est mon premier recueil de poésie paru aux Editions du Panthéon en mars 2015 titré AURORE.

 

FI : Combien de temps tu as  pris pour finaliser ton recueil de poésie ?

EB :Les textes sélectionnés dans le cadre de ce premier recueil sont de 2013 à 2014. Le temps d’écriture varie d’un texte à l’autre. Je peux écrire certains textes de bout en bout en quelques minutes tandis que d’autres peuvent prendre des jours, des semaines ou des mois avant d’être achevés. Par exemple, j’ai commencé à écrire mon premier roman depuis 2015 et je ne l’ai pas terminé alors que mon deuxième recueil de poésie est prêt et déposé auprès de l’éditeur. Selon moi, chaque œuvre suit son cours et arrive à maturation à un moment donné.

 

FI : Où trouves-tu les idées ?

EB : Mes inspirations me viennent de tout et de rien. De mes journées de travail chargées, de mes voyages, de mon quotidien, du zémidjan que je croise, de toutes les rencontres qu’elles soient enrichissantes ou non. Le poète est un artiste et son inspiration lui vient de tout et de rien. Par exemple, mon poème NOS COULEURS que j’ai écrit le 27 avril 2014 hors du Togo m’est juste venu du fait que je n’étais pas dans mon pays le jour de la fête de l’indépendance (NOS COULEURS p.41).

 

FI : Dans quelles conditions écris-tu ?As-tu  un « rituel d’écriture », des horaires ?

EB :Souvent, j’écris chez moi, le soir, assise autour d’une table ronde jaune avec un verre rafraichissant à côté. Mais j’écris aussi dans l’avion, dans le train, dans la salle d’attente de mon médecin, à la plage allongée sur un transat. J’écris à tout moment, au petit matin, à midi, tard dans la nuit. Mes inspirations sont, en réalité, capitaines à bord.

 

FI : Un prochain livre ?

EB : Comme je te le disais, mon prochain livre qui est un autre recueil de poésie paraîtra en 2017. Le manuscrit est déjà finalisé.

 

FI : Ton auteur préféré

EB : Très difficile de répondre à cette question. Je lis un peu de tout. En ce qui concerne la poésie, je suis restée très attachée à Baudelaire et Rimbaud. En matière de roman, j’aime  bien Jean d’Ormesson. J’ai découvert récemment un auteur du nom de Lorraine FOUCHET qui écrit aussi très bien.

 

FI : Quelles ont été les réactions qui t’ont le plus touchée ? Et le plus énervée ? à la sortie de ton oeuvre.

EB :Un très bon accueil a été fait à ma sortie littéraire. J’ai reçu des félicitations de partout dans le monde, des personnes que je connais et d’autres que je ne connaissais pas du tout. C’est ici, encore une fois, l’occasion pour moi de dire merci à tout mon lectorat et à tous les partenaires qui m’ont accompagnée lors de ma soirée de  dédicace notamment GTA C2A VIE, TOGO CELLULAIRE, HOTEL SARAKAWA, SNPT,..les membres du Comité d’Organisation, les présentateurs et tous mes invités. J’ai été par la suite accompagnée par l’Institut Français du Togo (IFT) pour un café littéraire qui s’est d’ailleurs très bien déroulé. Les réactions ont donc été, jusqu’alors, très bonnes.

Néanmoins de façon isolée, une personne a porté un jugement sur mon œuvre que je trouve assez désobligeant non pas en rapport à moi ni à mon œuvre directement  mais à toute création de l’esprit. Cette personne, lors de l’une de mes activités, a estimé que mon recueil AURORE devrait être vendu au quart de son prix afin qu’elle puisse se procurer les œuvres d’autres artistes également.

 

Selon moi, l’œuvre de l’esprit n’a pas de prix. D’ailleurs, en droit de la propriété intellectuelle, il existe un droit moral de l’auteur qui est inacessible. Le coût d’acquisition d’une œuvre de l’esprit partant de mon recueil ne constitue à vrai dire qu’un soutien apporté à l’auteur et une reconnaissance du bien qu’il fait à la communauté. J’ai proposé à cette personne  de garder le quart de la somme d’argent qui devrait servir à acheter mon recueil afin de pouvoir s’offrir un quatrième livre d’un autre auteur et de lui offrir mon livre en supplément : cela lui en ferait cinq.  La distribution d’un livre n’est pas qu’une question vénale.

 

FI : Que représente l’écriture pour toi   ?

EB : A mon sens, l’écriture c’est tout un art. La poésie encore plus car la plume du poète ressemble au pinceau du plasticien.

Ce sont les modes d’expression qui changent car nous utilisons tous des images et nous faisons appel à l’esprit. L’écriture permet aussi de transcender la matière. L’écrivain pose toujours un autre regard sur les choses et les personnes qui l’entourent.

 

FI : Parles-nous de ton recueil de poèmes

EB : «Aurore» se présente sous la forme d’un recueil de vingt-neuf (29) poèmes décliné en cinq parties à savoir :

- Aurore Enfance

- Divine Aurore

- Aurore d’Espérance

- Douce-Aigre Aurore

- Aurore de ma patrie

J’y présente mon enfance par des textes authentiques qui ramènent à toute la culture ancestrale du Togo, ma terre natale. On y trouve notamment des insertions de la langue mina.

Aurore Divine comporte des textes contemplatifs de la nature, d’une force supérieure qui régit toute l’existence. J’y dénonce les avancées de la science qui tendent  à rejeter l’humanité en dégradant la nature et l’environnement.

Aurore d’Espérance et Douce-Aigre Aurore sont des chants d’espérance qui retentissent pour moi comme un hymne à la vie.

L’hymne national ne manque pas de résonner  dans cette œuvre poétique puisque j’accorde toute une partie du recueil au  TOGO à travers « AURORE de ma patrie ».

 

FI : Pourras-tu  te passer de lire ou d’écrire ?

EB : Définitivement, non !