A+ A A-

Une mission humanitaire d’étudiants en médecine français au chevet de plusieurs villages togolais

La mission humanitaire des étudiants de la Faculté de médecine Kremlin Bicêtre de l’Université Paris XI en France, se poursuit au Togo. Arrivée au Togo depuis le 13 juillet dernier, cette mission qui s’inscrit dans le cadre d’un partenariat qui unit ladite université à l’ONG Friend international Togo (FIT) a permis à ces étudiants de mener plusieurs actions sur le terrain. Que ce soit à Agoè-Logopé (Lomé), à Dalavé, Tové, Agou-Gadzagan ou Agou-Gadzawupé, Alexandra Revel (chef de délégation) et ses autres camarades à savoir Adèle Nguyer, Naomy Domoison, Pénélope Gaillot, Amaury Ragot et Arthur Ragot, ont mené plusieurs actions sur le terrain.

Partout où ils sont passés et sous la supervision du  responsable  Santé de l’ONG FIT, Dr Mikaila Razak, les futurs  médecins, ont donné des conseils,  orienté vers les centres médicaux, sensibilisé la population des villages visités sur les maladies récurrentes notamment  sur l’hypertension artérielle, le diabète, le cancer du col de l’utérus,  les MST/IST ou encore sur l’alcoolisme et le tabagisme…

Selon la chef de délégation leur mission au Togo a trois volets à savoir la finition du centre d’accueil pour orphelin à Tové, la participation au camp pour enfants des clubs FIT et surtout le volet sensibilisation qui a trait à leur domaine d’activité. « On a choisi le Togo parce qu’on a repris le projet de nos prédécesseurs qui nous a beaucoup plu pour sa diversité. On est étudiant en médecine, aider des gens, donner des conseils fait partie de notre métier et du coup ça fait plaisir d’être utile. C’est une expérience merveilleuse qui nous a permis de découvrir aussi qu’il y a certaines pathologies ici qui ne sont pas soignées de la même façon que chez nous en France », a indiqué Mlle REVEL.

L’enthousiasme et l’accueil réservé par les populations à ces étudiants sont la preuve que ces populations démunies sont avides d’information mais aussi de soins en matière de santé. Ce mercredi 1er Août 2017  à Agou- Gadzawupé, la cour d’une maison, transformée pour la circonstance en centre de santé, a été prise d’assaut par la population.

« Ils m’ont consulté, moi-même je ne m’attendais pas à ça surtout la glycémie. Ils m’ont conseillé de tout fait pour diminuer la consommation du sucre ce que je vais faire. On attendait le messie et il est arrivé. Le messie c’est eux. Parce qu’on  ne s’attendait pas à leur arrivé. Dieu est grand ils sont arrivés et nous sommes certains que leur conseil nous fera du bien », s’enthousiasme Antoine Yao Nutsudjin, un septuagénaire. Dans chaque localité, en moyenne plus d’une centaine de personnes ont été conseillés ou dépistés.

Déjà le sentiment d’avoir été utile se lit sur le visage de ces volontaires comme nous le confie Mlle Naomy Domoison « c’est une façon de laisser une trace concrète au Togo même si notre aide est minime par rapport à ce qui reste à faire je trouve que c’est déjà bon de dire qu’on a pu améliorer certaines choses par la construction de la finition de ce centre d’accueil. C’est un produit social ».

Le chef du village d’Agou-Gadzawupé n’a pas caché sa joie et sa satisfaction.  « Notre population n’a pas des habitudes de se rendre au centre de santé, des occasions pareilles permettent d’éduquer la population pour qu’elle ait un comportement sain. C’est un sentiment de satisfaction qui nous anime », a déclaré Togbui Kouwadan X qui souhaite que ces actions se multiplient au profit de sa communauté.

Tout comme le chef, le Directeur général de l’ONG FIT, M. Paul Bernard Dotsevi se réjoui de ce partenariat qui existe entre son organisation et l’Association des Etudiants volontaires à l’aide et au développement des échanges humains (EVADEH) de l’Université  Paris XI en France  et qui permet à ces  étudiants d’apporter leur savoir-faire en matière de santé aux communautés  togolaises qui, faute de moyens n’ont pas la possibilité de se rendre au centre de santé pour dépister les maladies bénignes.

« Nous envisageons dans les années à venir faire venir les médecins spécialistes français tout comme  américains pour pouvoir appuyer ce début de travail qui a déjà commencé avec ces étudiants en médecine », souligne-t-il.

Notons que ce séjour des volontaires français rendre dans le cadre du projet « santé-éducation pour tous » initié par l’ONG FIT depuis 2001 au Togo pour la promotion des droits, la protection des enfants et des femmes contre les violences et l’exploitation.

Grâce à ce projet les membres de l’ONG arrivent à échanger avec ces jeunes français mais également  montent des projets ensemble avec eux et au niveau de leurs facultés ces jeunes apportent leur concours à leur réalisation.

FIT travail dans la promotion des droits et la protection des enfants et des femmes en difficulté dans les communautés. Sur le terrain, l’ONG  a deux axes de travail : l’axe prévention qui fait appel à toute forme d’action à mener pour sensibiliser des populations sur les questions des droits de l’enfant et le changement de mentalité par rapport à la question de l’émergence des femmes et le second axe est la protection, l’accompagnement social et judiciaire des enfants, des femmes et des familles en difficulté, la mise sur des projets d’intérêt communautaire pour pouvoir améliorer les conditions des enfants.