A+ A A-

1-2-3 Action consruit et fait le suivi des forages dans la préfecture de Haho en manque inquiétant d'eau potable

 En un an, 28 forages  à motricité humaine ont été réalisés dans la préfecture de haho (Notsé), milieu dont la population manque cruellement d'eau. Il était judicieux pour l'ONG 1-2-3 action, après une période annuelle, de visiter les populations bénéficiaires afin de constater par elle-même l'usage qui est fait de ses  ouvrages et leur impact réel sur le quotidien des populations.

Au total, 4 villages situés à des dizaines de km de la ville de notsé ont été visités  le lundi.

Successivement, les villages de MELIA, AVOVO, ASSIZOROKOPE et de Djakpata ont accueilli la presse. "Le travail que L'ONG à abbattu pour nous est colossale. Nous ne souffrons plus de problèmes d'eau de nos jours. Nous en remercions énormément l'ONG", se réjouissait N'SOUGAN Afi, une des bénéficiaires du village de MELIA. 

souffrances apaisées

C'est un ouf de soulagement pour les populations des villages qui parcouraient chaque jour des kilomètres avant de trouver l'eau.

"Nous buvions l'eau de ruissellement auparavant. Il fallait se lever parfois à deux heures du matin pour pouvoir être parmi ceux qui pourront trouver l'eau" nous confie Mme Afi, information que confirme BLOUKOUTOU AGBEMEBIA, président du comité villageois de développement (CVD) de MELIA.  Selon lui, les femmes parcouraient plus de 7 km pour trouver l'eau, ce qui retardait les élèves et les parents dans leurs activités respectives. Et d'ajouter que "c'est une joie immense d'avoir de l'eau à n'importe quelle saison dans le milieu".

Plus loin, dans le village de AVOVO, c'est aussi le CVD de la localité, Monsieur MAWOUSSI Eli qui se dit satisfait des réalisations de l'ONG. "Je pense qu'avec cet ouvrage, l'ère où nous buvions la boue et buvions la même eau que  les boeufs est révolue" soutient-il.

Le problème était plus criard pour les habitants du village de ASSIZOROKOPE dont les femmes parcouraient presque 25 km, selon leur CVD, pour chercher l'eau à Wahala, localité située à l'ouest, sur la nationale No1. 

"C'est avec  joie que nous buvons cette eau, une eau à laquelle  nos aïeux n'ont pas eu l'occasion de goûter", conclue une femme du milieu. 

A juste titre, la population de ASSIZOROKOPE, n'était pas seule à vivre le calvaire. Juste après elle se trouve le village de DJAKPATA situé à une trentaine de km de la ville. aujourd'hui,  les forages des deux villages ne sont séparés que d'un km, un atout supplémentaire pour les habitants du milieu qui n'ont pas caché leur immense joie.

De l'ensemble des villages visités par focus Infos, il ressort qu'avant la présence de l'ONG 1-2-3 action, la nature n'offrait pas  des cours d'eau potable pouvant desservir  la population. Les marécages, les ruisseaux drainant des eaux boueuses constituaient   l'eau que la localité offrait aux habitants avec les maladies qui en découlent. Ainsi, les constructions  de l'ONG constituent  une aubaine salvatrice qui sort la population d'un mal qui n'a que trop duré. 

Quid de la gestion 

 Les CVD des différents villages prêtent un regard attentif à la gestion des joyaux.

Pour N'SOUGAN Afi du village de MELIA, l'entretien du forage est une priorité. Au président du CVD dudit   village, Mr BLOUKOUTOU d'ajouter : "Nous veillons à ce que le forage soit maintenue au propre. Nous lavons l'intérieur chaque trois jours pour éviter les problèmes liés aux saletés que nous buvions auparavant". 

Même son de cloche pour tous les autres villages qui, à l'instar du premier, ont ouvert des comptes dans des microfinances pour déposer l'argent issu de la vente de cette eau afin de répondre efficacement à une éventuelle panne.

"Si nous utilisions mal le forage, vous l'auriez su dès votre arrivé", à déclaré Mr BLEWOUSI Eli, président CVD de AVOVO et de conclure : "l'argent issu de la vente de cette eau est remis à la trésorière qui le dépose sur un compte". Cette dernière confie avoir fait déjà un dépôt de 50 000 FCFA sur le compte.

Besoins totalement satisfaits?

Si le problème d'eau n'est plus criard dans les localités visitées par notre  rédaction, il en ressort qu'il   faut plus d'un forage par village pour desservir efficacement toute la population du milieu. Le président du  CVD  de MELIA n'a pas manqué à cet effet de lancer un appel à l'endroit des donateurs pour la construction de forages supplémentaires pour, selon lui,  que les quartiers les plus éloignés du village puissent aussi en bénéficier facilement. 

Rappelons que 1-2-3 action,  est une ONG internationale implantée au Togo depuis 2016  et œuvre essentiellement dans le domaine de l'accès à l'eau.